Comment Jeannot Ahoussou Kouadio a fêté son « Paquinou »

Jeannot Ahoussou Kouadio

La Pâque, c’est la célébration de la résurrection de Christ chez les Juifs et les chrétiens du monde entier. Mais en Côte d’Ivoire, le peuple de l’ethnie Baoulé en on fait une occasion de retrouvailles dans leurs diverses localités. Jeannot Ahoussou Kouadio, Président du Sénat ivoirien, membre de cette tribu, a tenu à marquer l’évènement.

La « Joyeuse Pâque » de Jeannot Ahoussou Kouadio aux Ivoiriens

Après un séjour médical de huit mois en Europe, Jeannot Ahoussou Kouadio est finalement rentrer à Abidjan, le dimanche dernier. Le Président du Sénat ivoirien est rentré en même temps qu’Amadou Soumahoro, Président de l’Assemblée nationale, également malade. Les présidents des deux chambres du Parlement ivoirien sont tous rentrés à la veille de l’élection du nouveau PAN.

Cette élection qui a consacré la réélection de l’ancien intérimaire du Président Alassane Ouattara au Rassemblement des républicains (ex-RDR). Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), faut-il le rappeler, dispose d’une importante majorité au Parlement.

Transfuge du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), l’ancien Premier ministre Ahoussou Kouadio a adhéré au Parti unifié. Après quoi, le patron des Sénateurs ivoirien avait tenté de réconcilié le Président ivoirien Alassane Ouattara et l’ancien chef d’État, Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA. Mais c’était quasiment peine perdue, car les positions entre les deux anciens alliés de la majorité présidentielle étaient tranchées.

Jeannot Ahoussou Kouadio dispose-t-il toujours de son influence sur le peuple Baoulé ?

Jeannot Ahoussou Kouadio, faut-il le noter, était le leader des cadres du grand centre. Alors qu’il avait décidé de déposer ses valises au RHDP unifié, le fils de Didiévi s’était voulu très incisif. Aussi, avait-il lancé devant ses parents, lors d’un meeting à la place de l’indépendance, le 2 juin 2019 : « Le peuple Baoulé ne mérite pas d’être l’otage d’un jeu politique malsain ou d’un marchandage somme toute indigne. »

Ahoussou avait alors réussi le pari de la mobilisation des ressortissants de la région, qui avaient massivement répondu à l’appel. « C’est pour ces actions concrètes de développement que je suis avec le Président Alassane Ouattara. Je suis avec lui pour porter vos préoccupations en faveur du développement de notre département, de notre région, de tout le Grand Centre ainsi que de tous les villages et hameaux de notre pays, » avait-il déclaré à l’occasion.

Mais infecté de la Covid-19 et parti se faire soigner en Allemagne pour plusieurs mois, Ahoussou était loin des réalités. La donne a visiblement changé à son insu. En témoigne la razzia du PDCI-RDA dans les régions baoulé lors des précédentes élections législatives.

La prière pascale de Jeannot Ahoussou Kouadio

De retour en Côte d’Ivoire, et en dépit de sa convalescence, Jeannot Ahoussou Kouadio a tenu à marquer « Paquinou ». Telle est l’appellation de la fête de Pâque en pays Baoulé. Aussi, sur compte Twitter, le président du Sénat a-t-il déclaré :

« Que la résurrection du Christ, notre Seigneur, apporte à chacun d’entre nous la force de nous élever au-dessus de nos différences afin de bâtir une nation prospère et solidaire. Excellente fête de Pâques à toutes et à tous. »

La Côte d’Ivoire, pays phare de l’Afrique de l’Ouest, est à un carrefour décisif de son histoire. La classe politique ivoirienne est bien en quête d’une vraie réconciliation. Après leur acquittement définitif devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, Laurent Gbagbo et Charles blé Goudé entendent rentrer au bercail. Le président Ouattara a d’ailleurs mis en place une task force pour évoquer les modalités de ce retour. Pendant ce temps, les tractations se poursuivent pour la mise en place du nouveau gouvernement ivoirien.

La vie politique au pays de Félix Houphouët Boigny est également rythmée par la nomination prochaine d’un vice-président. Il en est de même de celle d’un Président du Conseil économique, social, environnemental et culturel (CESEC). Tous ces dossiers attendent Patrick Achi, le nouveau Premier ministre et son gouvernement.

Pendant ce temps, le procès d’Amadé Ouérémi, chef de guerre ayant commis des massacres dans l’Ouest ivoirien, se poursuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *